English version

Protocoles de recherche clinique

Les protocoles de recherche clinique s'appuient principalement sur :

  • L’utilisation de la TEP dans le diagnostic et suivi des pathologies neurodégénératives et de l’épilepsie de l’enfant et de l’adulte.
  • L’utilisation de la TEP et de IRM dans l’étude des pathologies neurodéveloppementales, telles que l’autisme et la dysphasie.
  • La quantification in vivo (TEP) des récepteurs myocardiques muscariniques et ß adrénergiques à l’aide de ligands spécifiques marqués au carbone 11, pour l’étude des mécanismes physiopathologique de diverses maladies cardiaques.
  • L’étude de nouvelles voies thérapeutiques pour l’infarctus du myocarde : l’autogreffe de cellules musculaires au sein du myocarde lésé par exemple.

En cancérologie plus précisément, ils s'appuient sur les applications de la Tomographie par Emission de Positons (TEP) au Fluorodeoxyglucose marquée au 18F (18F-FDG ).

ECAT EXACT HR+ (CPS)

ECAT EXACT HR+ (CPS)

La Tomographie par Emission de Positons (TEP) est une technique d'imagerie au même titre que le scanner, l'IRM ou l'échographie, à la différence près que cette technique est dite fonctionnelle, c'est-à-dire qu'elle s'intéresse à la fonction des organes au niveau cellulaire et non à l'aspect morphologique. La TEP utilise des médicaments ou des préparations radio pharmaceutiques marqués par des isotopes radioactifs émetteurs de positons (oxygène-15, carbone-11, azote-13, fluor-18) produits dans un cyclotron et que l'on détecte à l'aide de caméras dédiées. Le champ d'application de la TEP connaît actuellement un essor considérable dans le domaine de la cancérologie par l'utilisation du fluoro-déoxy-D-glucose marqué au fluor-18 (18F-FDG).

Le 18F-FDG est un analogue du glucose dont un des groupements hydroxyle a été remplacé par un isotope radioactif du fluor, le fluor-18, sans conséquences sur les propriétés biochimiques de la molécule. Son utilisation en tant que traceur de la cellule cancéreuse repose sur une particularité du métabolisme cellulaire tumoral connue depuis 1930, qui est la consommation accrue de glucose. Le 18F-FDG sera donc capté de façon préférentielle au niveau des cellules cancéreuses.

Parmi les indications les plus courantes de cet examen, sont à rappeler : le bilan diagnostic des nodules pulmonaires de diamètre supérieur à 1cm, sans critère de bénignité précis (calcifications) en imagerie conventionnelle, ainsi que l'extension locorégionale et à distance, notamment surrénalienne, des cancers primitifs pulmonaires ; la recherche de tumeur primitive dans le cas particulier d'un ganglion métastatique cervical ; le bilan d'extension des tumeurs des voies aérodigestives supérieures, y compris pour orienter les prélèvements biopsiques, la recherche de récidive des cancers colorectaux, notamment dans le cas particulier d'une élévation isolée des marqueurs tumoraux sans point d'appel retrouvé par le bilan standard ; le bilan d'extension ou la recherche de récidive locorégionale et / ou à distance des lymphomes hodgkiniens ou non hodgkiniens, ainsi que l'évaluation de la réponse tumorale aux traitements chimio-radio-thérapiques.

En outre, des protocoles de recherche concernant d'autres applications possibles sont en cours, comme la place de la TEP au 18F-FDG dans la recherche de récidive des cancers thyroïdiens quand les méthodes d'imagerie classique restent négatives devant l'augmentation des marqueurs spécifiques ou dans la délimitation du volume cible avant protonthérapie des chondrosarcomes de la base du crâne ou encore la place de la TEP au 18F-FDG dans les encéphalites limbiques paranéoplasiques, etc..

TEP au 18F-FDG : récidive iliaque gauche d' un cancer colorectal

TEP au 18F-FDG : récidive iliaque gauche d' un cancer colorectal

TEP au 18F-FDG : carcinome broncho-pulmonaire

TEP au 18F-FDG : carcinome broncho-pulmonaire

TEP au 18F-FDG : récidive d' un sarcome pelvien

TEP au 18F-FDG : récidive d' un sarcome pelvien